Suivez l'actualité de l'Allemagne en direct, venant du site CIDAL.

Nouvelles d'Allemagne (RSS)

C’est dans l’actualité… (ven., 03 févr. 2023)
Berlin ouvert à des avantages fiscaux en réponse à l’Inflation Reduction Act américain À l’occasion d’un déplacement à Stockholm auprès de la présidence suédoise du Conseil de l’Union européenne (UE), le ministre allemand de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck, s’est montré ouvert à la mise en place d’avantages fiscaux pour les entreprises européennes qui investissent dans des technologies respectueuses du climat. L’idée avait été avancée mercredi par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en réponse aux subventions américaines aux industries vertes (Inflation Reduction Act, IRA), mises en place l’été dernier. L’Europe cherche une réponse commune à ces subventions dont elle craint qu’elles ne handicapent sa compétitivité. « Nous devons rester compétitifs ou le redevenir », a dit M. Habeck. Des avantages fiscaux pourraient inciter les entreprises à investir plus rapidement dans les technologies propres. Ils pourraient être l’ébauche d’une réponse « forte et robuste » au programme américain. Le ministre juge nécessaire de développer en Europe des « marchés verts pilotes ». Il souhaite, plus largement, accélérer les procédures en matière d’investissement et distribuer les aides publiques de manière à réduire la dépendance technologique de l’Europe, notamment vis-à-vis de l’Asie dans des secteurs tels que les semi-conducteurs, les panneaux solaires et la production de batteries. « La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a fait des propositions importantes qui vont toutes dans la bonne direction », avait déclaré dès mercredi le chancelier Olaf Scholz. M. Habeck s’envolera lundi pour un voyage de deux jours à Washington avec son homologue français, Bruno Le Maire. Le tandem franco-allemand exposera aux responsables américains la position européenne au sujet de l’IRA. Les États-Unis et l’UE doivent coopérer, estime M. Habeck. « En réalité, nous devons parvenir à jeter un pont vert sur l’Atlantique, spécialement dans le domaine industriel. » Plus d'informations Stabilité sur le marché du travail En dépit des incertitudes géopolitiques et économiques, le marché du travail reste stable en Allemagne. Le nombre de chômeurs s’est élevé en janvier à 2,616 millions, soit 5,7 % des actifs. Le chiffre est en hausse de 162 000 par rapport au mois de décembre et de 154 000 sur un an. C’est une augmentation habituelle en hiver, souligne l’Agence fédérale pour l’emploi (BA). Beaucoup de contrats se terminent avec la fin de l’année, et la météo gèle certaines activités d’extérieur. Cette année, la hausse du chômage est plus faible que d’habitude. Toutefois, la directrice de la BA, Andrea Nahles, entrevoit des signes reflétant les incertitudes du contexte politique et économique. Le recours à l’activité partielle s’est accru : 208 000 salariés y étaient soumis en novembre, selon les derniers chiffres disponibles. Par ailleurs, les entreprises semblent faire preuve de prudence en termes d’embauche : le nombre d’offres d’emploi est stable depuis quelques mois. En savoir plus L’abonnement de transport à 49 € par mois verra le jour le 1er mai Il sera numérique, résiliable, utilisable sur tout le territoire allemand et il coûtera 49 €. L’abonnement mensuel de transports en commun à prix unique verra le jour le 1er mai prochain, ont annoncé l’État fédéral et les länder. Il sera mis en vente à partir du 3 avril. Il sera utilisable dans les transports en commun et sur les lignes ferroviaires régionales. Il remplacera le billet à 9 € qui avait fait fureur l’été dernier avec 52 millions de billets vendus. Le prix de 49 € est toutefois un prix de lancement, ont précisé les autorités. En savoir plus L’excédent commercial allemand en baisse Selon l’Office fédéral des statistiques (destatis), l’excédent de la balance commerciale allemand s’est élevé à 70 milliards d’euros en 2022, son niveau le plus bas depuis l’an 2000. L’Allemagne a exporté pour près de 1 564 milliards d’euros de marchandises (+ 14,3 % par rapport à 2021) et en a importé pour près de 1 488 milliards (+ 24,3 %). La baisse de l’excédent commercial est principalement due à la hausse des prix des importations d’énergie en raison de la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine. En savoir plus Lahav Shani va prendre la tête de l’orchestre philharmonique de Munich Le pianiste, contrebassiste et chef d’orchestre israélien Lahav Shani va prendre la succession de Valery Gergiev à la tête de l’orchestre philharmonique de Munich. Le conseil municipal de la capitale bavaroise l’a désigné cette semaine, un peu moins d’un an après le licenciement de son prédécesseur. Le contrat débutera en 2026 pour une durée de cinq ans. Mais le musicien de 34 ans compte s’investir dès à présent dans la formation bavaroise. Lahav Shani a, en effet, déjà donné de nombreux concerts avec l’orchestre philharmonique de Munich. Il dirige actuellement l’orchestre philharmonique de Rotterdam. Il est parallèlement directeur musical de l’orchestre philharmonique israélien. Il a aussi dirigé d’autres formations prestigieuses telles que l’orchestre philharmonique de Berlin ou le London Symphony Orchestra. À Munich, il est accueilli à bras ouverts par les musiciens de l’orchestre, dont il était le candidat idéal. La soliste Alexandra Gruber, clarinettiste et porte-parole du comité de direction de l’orchestre, a été jusqu’à évoquer un « mariage d’amour » entre les Bavarois et le jeune chef israélien. « Nous entrons dans cette nouvelle ère avec le cœur grand ouvert », a-t-elle déclaré. Au fil des concerts, « nous avons réalisé que le courant passait » avec Lahav Shani. « Tout simplement ». Une intelligence artificielle réécrit la littérature babylonienne Des chercheurs de l’Université Ludwig-Maximilian de Munich (Bavière) vont reconstituer des textes babyloniens du premier millénaire avant Jésus-Christ grâce à l’intelligence artificielle. Enrique Jimenez, professeur de littératures orientales anciennes, et son équipe ont créé un algorithme pour associer entre eux les fragments de tablettes d’argile retrouvés sur les sites de l’ancienne Mésopotamie. Le procédé a déjà permis d’identifier certains manuscrits et d’établir des liens entre les innombrables fragments textuels en cunéiforme dont les chercheurs disposent. L’objectif est d’avancer plus rapidement dans les recherches sur ces vestiges de l’aube de la littérature mondiale. Rédaction : A.L.
>> Lire la suite

Festival : gros plan sur l’art numérique (Fri, 03 Feb 2023)
a model, a map, a fiction, tel est le titre de l’édition 2023 du festival Transmediale qui se tient actuellement à Berlin « A model, a map, a fiction » (« un modèle, un plan, une fiction ») : c’est le thème du 36e festival transmediale. Il se tient du 1er au 5 février à l’Académie des Arts de Berlin et dans différents lieux de la ville. Gros plan, changements d’échelle, zoom et dézoom : l’univers numérique nous a habitués à jongler avec les repères spatiaux. Tout est devenu mesure, redimensionnement, puis routine. Comment cette mutation influe-t-elle sur notre perception, nos émotions, nos relations, nos institutions, nos démocraties ? Le festival propose cinq jours de débats, d’ateliers, d’expositions, de performances artistiques et de projections cinématographiques. Pour y voir plus clair. Et pour trouver la bonne échelle. Redimensionner le réel ? Ce questionnement, le festival transmediale se l’est d’abord appliqué à lui-même. Il présente jusqu’au 26 février une exposition intitulée « Out of scale » (« hors échelle »). Elle se disperse aux quatre coins de Berlin et dans les stations de métro. Elle interroge ainsi le rapport entre la réalité concrète et les images de la ville optimisées par des procédés algorithmiques qui sont diffusées sur les réseaux sociaux. Plus d’une vingtaine d’artistes présentent leurs œuvres : des posters, des vidéos, des productions sonores, des expériences de réalité augmentée et des objets réalisés grâce à l’impression 3D. Certains sont Berlinois, d’autres viennent de l’étranger. Ils jettent un regard aiguisé sur la dépendance de la vie urbaine contemporaine envers l’organisation technologique. Ils croisent leurs perspectives multiples sur la destruction de l’environnement, la biosurveillance, la résistance anticoloniale et les identités au-delà de l’humain. « Pouvoir voir le monde entier à n’importe quelle échelle grâce à Internet ne veut pas dire que l’on soit capable de traiter ces informations », commente le quotidien berlinois « Tagesspiegel ». De fait, « ce qui reste à la traîne de la transformation numérique, c’est l’être humain, le corps analogique, l’esprit analogique, le psychisme que l’on ne peut pas formater comme un disque dur ». Entre art et réflexion Le festival transmediale ouvre un espace de débat pour aborder toutes ces questions du rapport à la technologie. En ouverture, Svitlana Matviyenko, professeur d’analyse critique des médias à l’Université Simon Fraser, au Canada, a donné une conférence sur la guerre cybernétique, le terrorisme énergétique et leurs conséquences écologiques. De leur côté, l’artiste Alan Butler et Simone C Niquille, designer et chercheuse, proposent une exposition conjointe sur les implications sociopolitiques de la vision par ordinateur, une technologie qui permet d’exploiter les informations contenues dans les images numériques grâce à l’intelligence artificielle. Né il y a plus de 30 ans, le festival avait pour objectif d’offrir une réflexion et des débats critiques sur les transformations culturelles, sociales et politiques. De rendez-vous annuel de nerds, il a évolué avec son objet. Les années passant, la réflexion philosophique y prend une place croissante. Au point de prendre parfois le pas sur les dimensions artistiques, esthétiques ou techniques. A.L. transmediale 2023 | a model, a map, a fiction Festival, Académie des Arts, 1er-5 février 2023 En savoir plus (en allemand/ anglais)
>> Lire la suite

Ouverture du centre allemand d’information en Afrique francophone (Fri, 03 Feb 2023)
L’ouverture de ce centre à Dakar permet à l’Allemagne de renforcer sa communication avec les hommes et les femmes d’Afrique francophone. À l’avenir, des d’actualités sur l’Allemagne et sa politique étrangère leur seront ainsi délivrées en français sur Twitter et Facebook, et ce, depuis le Sénégal. La communication sur la politique étrangère est mise en œuvre via les centres allemands d’information... Les centres allemands d’information diffusent des contenus actuels et factuels sur l’Allemagne et sa politique étrangère dans des régions revêtant une certaine importance pour la diplomatie allemande. Ils soutiennent en outre les ambassades et les consulats allemands de la région en leur fournissant du matériel de communication adapté à la langue, à la culture et aux débats locaux. Ils contribuent ainsi également à lutter contre la désinformation et à renforcer le dialogue au niveau régional. Ces centres allemands d’information couvrent différents espaces linguistiques et culturels. Trois millions de followers suivent ces quatre, à présent cinq, centres sur les réseaux sociaux. Le nouveau centre allemand d’information en Afrique francophone est installé à Dakar. Le centre de Pretoria est dédié à l’Afrique anglophone tandis que la communication pour l’Amérique latine hispanophone est coordonnée depuis Mexico. Le Caire accueille le centre de communication pour l’espace arabophone et le centre pour l’Asie du Sud-Est, situé à Singapour, se concentre quant à lui sur les États de l’ASEAN. ... et à l’aide de priorités thématiques Dans le cadre de leur travail, les centres allemands d’information se focalisent sur les multiplicateurs et les multiplicatrices, les décideurs et les décideuses issus du monde politique, économique et médiatique ainsi que de groupes de réflexion. Des informations sur l’actualité politique et économique allemande sont mises à leur disposition. Régulièrement, des priorités thématiques sont par ailleurs fixées afin d’approfondir la communication sur des sujets qui jouent un rôle particulier pour l’Allemagne et sa politique étrangère, que ce soient le changement climatique ou l’égalité des sexes, la guerre d’agression russe contre l’Ukraine et ses répercussions à l’échelle internationale, ou encore la défense d’un ordre mondial pacifique, multilatéral et fondé sur des valeurs. Les centres allemand d'information sur les réseaux sociaux
>> Lire la suite

Rapport d’enquête de l’OIAC : le régime syrien porte la responsabilité de l’utilisation d’armes chimiques à Douma (Thu, 02 Feb 2023)
Que dit le rapport ? Le rapport de l’équipe d’investigation et d’identification (IIT) de l’OIAC publié le 27 janvier 2023 conclut que deux cylindres contenant du chlore ont été largués le 7 avril 2018 depuis un hélicoptère des forces armées syriennes (les « forces du Tigre ») sur deux bâtiments résidentiels de Douma. D’autres scénarios alternatifs souvent allégués notamment par la Russie jusqu’à présent, comme la mise en scène de l’attaque chimique par les Casques blancs, ont pu être infirmés. Ce rapport est fondé sur les renseignements fournis par la mission d’établissement des faits de l’OIAC qui a pu examiner les lieux touchés par des armes chimiques après l’attaque et avait d’ores et déjà indubitablement confirmé l’emploi de chlore. Afin de pouvoir en outre clairement identifier les responsables de l’attaque, l’IIT a ensuite mené sa propre enquête approfondie en réalisant par exemple des analyses chimiques, médico-légales et techniques ainsi qu’en recueillant des témoignages. Il s’agit déjà du troisième rapport de l’IIT. Les deux rapports précédents avaient également conclu à la responsabilité des forces aériennes de Syrie dans les attaques aux armes chimiques de Latamné en mars 2017 et de Saraqib en février 2018. Les accusations qui pèsent sur la Syrie quant à l’emploi d’armes chimiques dans le conflit ont été auparavant confirmées par différents modes d’enquête indépendants. Plusieurs ONG estiment même qu’il est probable que le régime soit responsable d’une centaine d’attaques chimiques. Le directeur général de l’OIAC Fernando Arias présentera le rapport aux États membres de l’OIAC le 2 février. Le Conseil de sécurité des Nations Unies sera ensuite saisi du sujet. Réactions internationales Le rapport montre à nouveau que le régime syrien a commis des crimes contre l’humanité abjects envers sa propre population. L’Allemagne poursuivra ses efforts pour que les responsables de ces atrocités rendent des comptes. Dans une déclaration commune avec les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France, les quatre ministres des Affaires étrangères ont condamné dans les termes les plus forts cette violation du droit international et ont affirmé qu’un tel emploi d’armes chimiques ne saurait rester sans réponse. Nos gouvernements condamnent dans les termes les plus forts l’utilisation répétée par le régime syrien de ces armes horribles et restent fermes dans leur demande que le régime syrien se conforme immédiatement à ses obligations en vertu de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques (CIAC) et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies. La Syrie doit déclarer et détruire entièrement son programme d’armes chimiques et autoriser le déploiement du personnel de l’OIAC dans son pays pour vérifier qu’elle l’a fait. 
>> Lire la suite

Savoir évoluer dans l’univers numérique (Thu, 02 Feb 2023)
Professeure Schiefner-Rohs, vous menez des recherches à l’interface de la numérisation et de l’évolution de l’école. Les écoliers allemands et leurs enseignants surfent-ils sur internet en toute sécurité ? Schiefner-Rohs : Le sujet de la sécurité des données mais aussi des compétences numériques est très sensible et a encore gagné en importance avec l’apprentissage scolaire en ligne pendant la pandémie de Covid. D’autres pays comme les Pays-Bas, l’Australie ou les États-Unis ont plus d’expérience en la matière. L’Australie étudie depuis les années 1960 le fonctionnement de l’enseignement à distance. Cela se remarque dans les discours. En Allemagne, on commence à sensibiliser à un usage responsable des données des utilisateurs et à promouvoir une prise de conscience pour une utilisation critique des informations tirées du Net. Les enseignants sont des multiplicateurs importants dans ce domaine. Nous voulons promouvoir une prise de conscience pour une utilisation critique des informations tirées du Net. Quels sont les défis ? Nous savons tous que 123456 n’est pas un mot de passe sûr mais c’est pourtant le mot de passe le plus courant au monde. Nous savons tous que nous ne devons pas alimenter les moteurs de recherche et, pour rester sur la même métaphore, que trop de cookies nous donnent mal au ventre mais la plupart des services apportés sont bien confortables. Pour ce qui est des compétences en matière de données, deux grands thèmes jouent un rôle : d’une part, la compétence plutôt statistique, soit la capacité des élèves à évaluer ce que signifient les chiffres, les combinaisons de chiffres ou les graphiques qu’ils trouvent sur internet et quel est leur degré de fiabilité. D’autre part, il est question de compétence critique en matière de médias et d’informations ou d’une formation de base aux médias, telle qu’elle est définie dans la stratégie « Bildung in der digitalen Welt » (l’éducation dans un monde numérisé) de la conférence permanente des ministres de l’Éducation. Cette stratégie, retravaillée en 2021, décrit comment les écoles peuvent aider les enfants à grandir dans un monde numérique. C’est là qu’interviennent vos recherches ? Exactement. Nous travaillons avec les enseignants sur des exemples concrets, nous nous intéressons par exemple aux avantages et aux inconvénients de l’apprentissage par les élèves de vocabulaire sur des applications. Quelles données sont alors produites, sont-elles sures, quelle fiabilité accorder à la mention indiquant que l’élève a appris par exemple 10 % du vocabulaire ? Nous voulons inciter les enseignants à s’intéresser aux données, nous ne voulons pas freiner l’évolution. Nous considérons à la fois les opportunités et les pièges de ce domaine conflictuel. Pourquoi de tels sujets doivent-ils être traités à l’école selon vous ? Je considère que c’est la mission de l’école de doter les élèves de compétences en matière de données et de médias grâce à des enseignants qualifiés et sensibilisés à ce sujet. Si cela ne relevait que des familles, nous renforcerions les inégalités : certains parents s’y connaissent, d’autres peut-être pas du tout. Or, leurs enfants doivent avoir les mêmes chances.   La professeure Mandy Schiefner-Rohs enseigne la didactique générale et en particulier la didactique scolaire à l’université RPTU de Kaiserslautern-Landau. Elle mène des recherches à l’interface entre la numérisation et les questions de didactique scolaire, universitaire et médiatique. © https://www.deutschland.de/fr  
>> Lire la suite

Créer des emplois, autonomiser les femmes (Wed, 01 Feb 2023)
Sociale, écologique et féministe, voici les caractéristiques qui devront définir demain la politique africaine du gouvernement allemand. Le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) a dévoilé les objectifs qu’il se fixe concrètement en publiant sa nouvelle stratégie pour l’Afrique. La ministre allemande du Développement, Svenja Schulze, l’a présentée aux côtés de la directrice du bureau régional pour l’Afrique du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Ahunna Eziakonwa, et de l’envoyée de l’Union africaine pour la jeunesse, Chido Mpemba. La stratégie est intitulée « Gemeinsam mit Afrika Zukunft gestalten » (Façonner l’avenir avec l’Afrique). Concrètement, il y est notamment question d’une transformation sociale et écologique de l’économie, de la création d’emplois décents pour une population jeune en large augmentation et d’égalité entre les sexes. « La plus grande génération de jeunes de tous les temps » La ministre fédérale de la Coopération économique et du Développement Svenja Schulze a souligné le rôle central que joue l’évolution démographique pour le développement du continent : « L’Afrique croît et change énormément. La manière dont elle évolue façonnera le XXIe siècle et, par là même, l’avenir de l’Allemagne et de l’Europe. Il est question de la plus grande génération de jeunes de tous les temps en Afrique. La moitié de la population africaine environ a moins de 20 ans. » Les perspectives offertes à ces jeunes détermineront la façon dont ils pourront exploiter leurs talents. Il s’agit de saisir les opportunités offertes par la taille inégalée des nouvelles générations pour engager un développement durable. « Pour que cela réussisse, 25 millions d’emplois supplémentaires devront être créés en Afrique et ce, chaque année. Ce sont ces emplois qui marqueront la différence entre, d’une part, l’absence de perspectives, la frustration ainsi que l’instabilité et, d’autre part, le développement, l’innovation ainsi que la résolution des crises. Le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement ne saurait créer ces emplois. Mais nous pouvons œuvrer ensemble avec l’Afrique à jeter de bonnes bases et à créer des conditions propices », indique Mme Schulze. Créer des emplois décents Le gouvernement fédéral souhaite travailler avec ses partenaires africains à la création de conditions propices à des emplois décents. Selon le BMZ, l’accent est placé sur des domaines tels que les énergies renouvelables, la transformation des aliments sur place, le commerce au sein même de l’Afrique ou encore la facilitation de l’accès aux prêts pour les femmes. La numérisation est également un facteur important de la transformation, en particulier pour les nouvelles générations. Le BMZ définit six grands thèmes clefs dans sa stratégie pour l’Afrique. Ils doivent tous s’orienter sur l’idée d’une politique plus sociale, plus écologique et plus féministe, aux côtés de nos partenaires africains :     un développement économique durable, la création d’emplois et la prospérité ;     la lutte contre la faim et la pauvreté et la mise en place d’une protection sociale ;     la santé et la prévention des pandémies ;     la mise en œuvre d’une politique de développement féministe et l’égalité entre les sexes ;     l’état de droit, la démocratie, les droits humains et une bonne gouvernance ;     la paix et la sécurité. La ministre du Développement Svenja Schulze a souligné le rôle toujours plus important de la coopération multilatérale : « Nous avons tout intérêt à prendre soin de notre relation de voisinage avec l’Afrique. Au sein du nouvel ordre mondial multipolaire, l’Allemagne et l’Europe doivent développer rapidement les compétences pour former des alliances, des réseaux et conclure des partenariats solides qui dépassent aussi les frontières des continents. Nous avons urgemment besoin de partenaires au-delà de l’Occident. Les relations que nous entretenons aujourd’hui avec le continent africain détermineront les relations qu’il entretiendra avec nous demain. » © www.deutschland.de  
>> Lire la suite

C’est dans l’actualité (Wed, 01 Feb 2023)
L’aéroport de Stuttgart investit dans l’avion à propulsion hydrogène L’aéroport de Stuttgart (Bade-Wurtemberg) va accueillir un centre d’excellence pour la recherche sur l’aviation à propulsion hydrogène. Un hangar doté d’ateliers, de laboratoires et de stands d’essai doit voir le jour d’ici à la fin 2024, a-t-il fait savoir lundi en coopération avec la start-up H2Fly, spécialiste des systèmes de piles à combustible. Le projet, baptisé « Hydrogen Aviation Center », a pour ambition de développer des composants de moteurs électriques propulsés à l’hydrogène, de les tester sur place et d’élaborer une stratégie d’approvisionnement de l’aéroport en hydrogène. Après le décollage à Stuttgart, en 2016 d’un avion test de quatre places (HY4), le P.-D.G. de H2Fly, Josef Kallo, se promet de faire voler d’ici à quelques années un appareil de 40 sièges entièrement propulsé à l’hydrogène dans un rayon de 2 000 km. Ce qui ouvrirait la porte à une exploitation commerciale. Le land du Bade-Wurtemberg cofinance le projet à hauteur de 5,5 millions d’euros. « Nous avons depuis deux ans notre propre feuille de route dans le domaine de l’hydrogène », a souligné le ministre-président, Winfried Kretschmann. « Elle a, entre autres, pour objectif la volonté de faire [du Bade-Wurtemberg] un site phare de la transformation du transport aérien. […] Les avions qui vont être développés ici vont montrer la voie de l’aviation sans émissions du futur. » En savoir plus Le PIB allemand en légère baisse au dernier trimestre 2022 Le produit intérieur brut (PIB) allemand a enregistré une baisse de 0,2 point au quatrième trimestre 2022, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis). « Ce sont surtout les dépenses de consommation des ménages […], qui avaient jusqu’à présent soutenu l’économie allemande, qui ont diminué par rapport au trimestre précédent », indiquent les statisticiens. Au troisième trimestre, la croissance avait atteint 0,5 point en Allemagne. Sur l’ensemble de l’année 2022, elle a finalement atteint 1,8 % (soit 0,1 point de moins qu’annoncé début janvier), a indiqué destatis. Si elle devait enregistrer une nouvelle baisse de son PIB au premier trimestre 2023, l’Allemagne entrerait techniquement en récession. Selon son rapport économique annuel, le gouvernement allemand s’attend pour 2023 à une croissance de 0,2 %. Le secteur du numérique a bien démarré l’année Le baromètre du climat des affaires est au beau dans le secteur du numérique, selon l’institut Ifo et Bitkom, la Fédération allemande des technologies de l’information et de la communication. Il a progressé de 5,9 points en novembre à 16,6 points en décembre, puis à 18,5 points en janvier. Les entreprises du numérique portent également un jugement plus positif sur leur situation actuelle que celles des autres secteurs. « Le numérique est à nouveau orienté vers un horizon de croissance », a commenté le président de Bitkom, Achim Berg. « C’est une bonne nouvelle pour le site Allemagne dans son ensemble, car avec 1,35 millions de salariés les entreprises spécialisées dans l’informatique et les télécommunications représentent un employeur important. » En savoir plus Un écart de rémunération de 18 % en moyenne persiste entre hommes et femmes 20,05 € de l’heure : c’est, en moyenne, ce qu’une femme gagnait en Allemagne en 2022. Et cela représentait 4,31 € ou 18 % de moins que ce que percevait son collègue masculin, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis). En raison d’un changement de méthodologie, il n’est pas possible de comparer précisément cet écart avec celui des années précédentes, indiquent les statisticiens. Mais la tendance est à la baisse. En 2006, l’écart salarial hommes-femmes atteignait 23 %. Par ailleurs, les situations sont variables. En 2022, l’écart salarial lié au genre (« gender pay gap ») s’élevait à 19 % dans les länder de l’Ouest, mais seulement à 7 % à l’Est. Selon destatis, près des deux tiers de cet écart (63 %) s’expliquent par des facteurs identifiables : principalement le fait que les femmes travaillent plus souvent dans des secteurs moins rémunérateurs et/ou à temps partiel. Mais 37 % ne trouvent pas d’explication dans le cadre du modèle utilisé. Après redressement des données, les statisticiens évaluent le « gender pay gap » lié au genre à 7 % à activité, qualification et curriculum vitae équivalents. En savoir plus Le festival du Prix Max Ophüls couronne le film « Alaska » Rendez-vous phare des jeunes talents du cinéma germanophone, le festival du Prix Max Ophüls a couronné dimanche le film « Alaska » du réalisateur Max Gleschinski. Ce récit d’un périple en canoë-kayak de sept semaines sur les lacs du Mecklembourg, dans le nord de l’Allemagne, « au milieu de nulle part », selon le réalisateur, a remporté le prix du meilleur film, doté de 36.000 €. Le jury a loué un voyage plein de rebondissements imprévus, porté par un travail de prise de vue poétique et par une mise en scène précise et variée. Le résultat est un « film inimitable et magique », selon la comédienne Emilia Schüle, l’une de ses membres. Le festival a également vu triompher le film « Breaking the Ice » de la réalisatrice Clara Stern. Cette plongée dans un univers émotionnel complexe tissé de conflits familiaux et de relations amoureuses déroutantes sur fond de sport de haut niveau a remporté trois distinctions : celle du meilleur scénario, celle du film le plus socialement significatif et celle du jury jeunesse. En savoir plus Rédaction : A.L.
>> Lire la suite

L’Allemagne resserre ses liens avec l’Amérique latine (Tue, 31 Jan 2023)
Relations bilatérales, commerce, énergies renouvelables, hydrogène vert, protection de la forêt amazonienne, commerce responsable dans le domaine des matières premières : l’Allemagne souhaite renforcer ses liens avec l’Amérique latine. Le chancelier Olaf Scholz a conclu lundi une tournée de trois jours en Argentine, au Chili et au Brésil. Rencontre avec le président brésilien Lula Le chancelier a rencontré à Brasilia Luiz Inacio Lula da Silva. Il était le premier chef de gouvernement étranger à rencontrer le nouveau président brésilien depuis son entrée en fonction, début janvier. Il a salué son engagement pour la protection de la forêt amazonienne, poumon vert de la planète. « C’est une très bonne nouvelle pour la planète que le président Lula ait réaffirmé son engagement dans la lutte contre le changement climatique, pour la protection de l’Amazonie et pour la fin de la déforestation », a-t-il déclaré. La rencontre a permis d’aborder un riche ordre du jour, allant des énergies renouvelables aux négociations sur l’accord de libre-échange entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur. « Je suis venu ici aujourd’hui pour ouvrir un nouveau chapitre dans nos relations », a affirmé M. Scholz. L’Allemagne et le Brésil entendent renforcer leur coopération sur un vaste éventail de domaines économiques : les énergies renouvelables, la production d’hydrogène vert (c’est-à-dire produit à partir d’électricité issue de sources renouvelables), la transformation sociale de l’économie. « Un nouveau chapitre » « Nos relations économiques sont d’ores et déjà très étroites », a souligné M. Scholz. Un « nombre impressionnant » de mille entreprises germano-brésiliennes sont implantées au Brésil. « Mais nous voulons encore aller au-delà ». Le chancelier s’est entretenu à Brasilia avec des entrepreneurs des deux pays. Berlin et Brasilia souhaitent, par ailleurs, relancer les négociations sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur. « Cet accord doit préparer le terrain pour la transformation de nos économies et renforcer notre coopération technologique et industrielle », a plaidé le chancelier. « Il doit aussi renforcer la protection du climat et de l’environnement, et relever les normes professionnelles et sociales. » M. Scholz a annoncé la reprise des consultations intergouvernementales germano-brésiliennes, inaugurées en 2015 puis interrompues sous la présidence de Jair Bolsonaro. Il a invité le président Lula et l’ensemble de son gouvernement à se rendre en Allemagne à l’automne prochain. Chili Entretien du chancelier fédéral, Olaf Scholz, avec le président de la République du Chili, Gabriel Boric Le chancelier allemand avait précédemment fait étape à Santiago du Chili. Lors d’un entretien avec le président chilien, Gabriel Boric, il a exprimé la volonté d’exploiter « toute la gamme des relations bilatérales » entre les deux pays. L’Allemagne et le Chili souhaitent notamment renforcer leurs relations dans le domaine des énergies renouvelables, et particulièrement sur l’hydrogène vert, considéré comme le « gaz de l’avenir ». Les deux pays viennent ainsi de lancer un projet pilote commun (« Haru Oni ») en Patagonie pour produire de l’hydrogène à partir d’électricité éolienne. « Le gouvernement allemand soutient ce projet et Siemens Energy apporte la technologie nécessaire », a précisé M. Scholz. Les entreprises allemandes souhaitent, par ailleurs, développer les liens bilatéraux dans le domaine de l’approvisionnement en lithium, un métal léger très important pour la production de batteries électriques. Et « nous voulons soutenir le Chili sur la voie d’une extraction minière durable », a ajouté le chancelier. Les dirigeants allemand et chilien ont également appelé à une mise en œuvre « aussi rapide que possible » de l’accord d’association signé en décembre dernier entre l’UE et le Chili. Des accords ont été signés, notamment pour accroître les investissements, en particulier pour les PME. Mémoire Au-delà de l’économie, M. Scholz s’est félicité de la position claire adoptée par le Chili pour condamner l’agression de l’Ukraine par la Russie. Il a visité le musée de la mémoire et des droits de l’homme, érigé à la mémoire des victimes de la dictature chilienne à Santiago du Chili. Le pays commémore cette année le cinquantenaire du coup d’État du général Pinochet. Enfin, M. Scholz a apporté son soutien au projet de construire un lieu de mémoire sur le site de la Colonie Dignidad. Cette communauté sectaire créée par un ancien brancardier de la Wehrmacht a servi de centre de détention et de torture d'opposants politiques sous la dictature chilienne. Argentine Samedi, M. Scholz avait débuté son voyage par une première étape en Argentine. Il a évoqué avec le président argentin, Alberto Angel Fernandez, le resserrement des relations commerciales, le soutien aux start-up et la protection du climat. Il a plaidé pour le renforcement de la coopération bilatérale dans le secteur financier, le développement de l’éolien et la production d’hydrogène vert. En matière d’approvisionnement énergétique et d’exploitation des gisements de matières premières, il a exhorté à ne pas mener une politique axée sur les intérêts des seuls pays qui transforment les matières premières pour leur propre compte. A.L.   En savoir plus (en allemand)  
>> Lire la suite

Le « Paris magnétique » des artistes s’expose à Berlin (Tue, 31 Jan 2023)
Marc Chagall, L’atelier, 1911 Diversité sociale, foisonnement créatif, ouverture de l’horizon des possibles : les métropoles attirent les artistes comme des aimants. Ce qui est vrai du Berlin de la modernité l’est aussi du Paris de la première moitié du 20e siècle. De 1905 à 1940, la « ville lumière » a attiré des artistes de toute l’Europe et du monde entier. Elle a été l’un des foyers de l’avant-garde de l’art moderne, s’inscrivant dans l’histoire de l’art sous le nom d’École de Paris. Une grande exposition lui est consacrée pour la première fois en Allemagne. Elle est à visiter au Musée juif de Berlin jusqu’au 1er mai. Marie Vorobieff (Marevna), La mort et la femme, 1917 ​​​​​​​Elle s’intitule « Paris magnétique. 1905-1940 ». Elle réunit 120 œuvres de Marc Chagall, Amedeo Modigliani, Chana Orloff, Sonia Delaunay ou encore Jacques Lipchitz. Elle s’attache à montrer comment les positions des artistes étrangers, et souvent marginalisés ont marqué l’avant-garde artistique parisienne, qui a forgé notre conception actuelle de l’art moderne occidental. Car l’École de Paris ne s’est pas contentée d’être le creuset de styles artistiques très variés. Elle a aussi eu pour particularités de réunir des artistes de toute l’Europe, et notamment des artistes exilés, migrants ou expulsés d’Europe centrale et orientale : Allemagne, Pologne, Ukraine, Biélorussie, Russie, etc. Nombre d’entre eux étaient juifs. Impulsions à l’art moderne européen L’avant-garde parisienne a ainsi formé une scène artistique cosmopolite qui a été à l’encontre des courants nationalistes et racistes. Grâce à sa pluralité, elle a « donné des impulsions décisives à l’ensemble de l’art moderne européen », souligne la directrice du Musée juif de Berlin, Hetty Berg. Rudolf Levy, Vue sur le Pont Marie, 1910. Copyright: Musée Lehmbruck, Duisburg, Photo: Bernd Kirtz L’exposition, déjà présentée à l’automne 2021 au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme de Paris, s’ouvre ainsi sur une « Vue du pont Marie » de Rudolf Levy (1910). Le peintre allemand a été avec Walter Bondy l’un des premiers artistes germanophones à arriver dans la capitale française et à y nouer des contacts. Il faut aussi citer Sonia Delaunay, d’origine ukrainienne et qui avait étudié en Allemagne. De nombreux documents historiques, photos, extraits de films et de journaux plongent le visiteur dans leur vie, leur œuvre, mais aussi dans leur vie créative et de bohème entre l’atelier le Café du Dôme, Montparnasse et la célèbre cité d’artiste de « La Ruche ». A.L. Paris Magnétique (1905–1940) Exposition au Musée juif de Berlin jusqu’au 1er mai 2023 En savoir plus (en allemand/ anglais)
>> Lire la suite

Suivez-nous aussi sur Facebook !

Site optimisé pour smartphone. Retrouvez-nous sur votre mobile !

Notre jumelage avec la ville allemande de DANNSTADT-SCHAUERNHEIM, en Rhénanie-Palatinat, a fêté ses 16 ans en 2022.

Les dates à retenir en  2023 :

 

Mercredi 25 janvier : Assemblée Générale du Comité de Jumelage.

 

5-6-7 mai 2023 : Week-end franco-allemand à Dannstadt-Schauernheim.

 

 24 juin 2023 : concert commun des Coloured Voices (de Dannstadt) et des Fous chantants (de Bétheny)

 

22-23-24 Septembre 2023 : Rencontre à Bétheny

 

 

 

 

Quel temps fait-il chez nous ?

Et chez vous ?

Faites savoir que vous aimez, partagez ce site.